Mon identité.

PROLOGUE

Je m’appelle Alicia, mes parents sont morts dans un  » mystérieux  » accident de voiture … Moi je l’ai vu … Celui qui as renversé leur voiture … Ce jour là il m’a vu et il s’est en allé en me laissant plantée là devant mes parents … Pourquoi m’avoir laissé en vie ? Rien que moi ? Est-ce pour me faire souffrir ? Ce jour là mes parents m’avaient dit :  » Tu seras heureuse et tu trouveras l’amour !  » car je m’étais disputée avec ma meilleure amie et je pleurais fort. Puis, après une heure de route ma mère avait l’air stressée et ils m’ont jeté hors de la voiture avant que l’ombre n’arrive, ils m’avaient dit de me cacher. Une fois sont méfait accompli,  » l’ombre  » m’as dit :  » Tu seras malheureuse et seule ! « . Je me suis demandé comment il a pu renverser cette voiture seul … Il n’était pas humain, c’est sur. Certains auraient peur, d’autre seraients tellement triste, mais moi je ne ressens rien … Absolument rien, tout le monde me traite de monstre sans coeur, mais si je ne suis pas triste c’est parce que je sais que je vais les revoir ! Et que je les vengerais …
——————————————————-

CHAPITRE 1 : L’orphelinat et la mémoire perdue

-  » Quel âge ?  »
-  » On ne sais rien d’elle, elle a perdu la mémoire.  »
-  » La pauvre … Comment peut on l’appeler ?  »
-  » Lina.  »
Tout ces gens autours de moi … Je ne les connais pas … Qui suis-je ? Je ne le sais pas non plus …
-  » Bonjour ma petite !  »
-  » Laisses-tomber elle parle pas !  »
Je n’arrive plus à parler depuis  » l’incident  » qui m’as fait perdre la mémoire.
-  » A partir d’aujourd’hui, ton nom est Lina, il te plaît ?  »
Non, je n’aime pas … De toute façon il s’en fiche, alors je hoche la tête pour dire oui, il est content … Il est étrange. Mes parents ? Si je les voyais je ne les reconnaitrais même pas, ce seraient des étrangers, imaginez, je ne me souviens plus de celle qui m’as mis au monde la tristesse que je lis dans les visages de l’orphelinat ne m’aide pas à me sentir mieux … Mais eux ils s’en fichent.
-  » Lina, viens-ici s’il te plaît.  »
Je mets un moment à réaliser que c’est moi qu’on appelle. J’arrive devans une vieille dame aux cheveux blanc et aux yeux verts gris, les traits tirés.
-  » Je me présente mon nom est Madeleine.  »
Son nom m’arrache un petit sourire. Elle ne me regarde pas avec colère, au contraire elle a l’air soulagée de savoir que je ne suis pas une de ces petites qui restent murées dans leurs silence et qui sont agressives avec tout le monde ou alors celle qui sont des langues de vipères.
-  » Je vais t’aider à te souvenir de ton passé.  »
Elle me dit de m’assoir sur la chaise et de me détendre. Je ferme les yeux et m’endors. Quand je me réveille le monde n’est pas le même. Les arbres sont remplis de fruits, les fleurs sont parées de milles couleurs, l’eau est transparente et les animaux vivent en paix, ils ne s’attaquent pas ! Mais … Un détail me chagrine, je suis seule.
-  » Enchantée.  »
-  » Qui êtes-vous ?  »
La première fois que je parlais depuis le fameux  » incident  » comme l’appelait les médecins.
J’était devant un immense loup gris aux yeux bleus très clairs, comme l’eau qui m’arrivait à la tête.
-  » Je suis Iris. Je suis une louve pas un loup.  »
-  » Ah, désolée, mais comment avez-vous su que ..  »
-  » Je lis dans les pensées des hommes.  »
-  » Où suis-je ?  »
-  » Dans le monde où tu retrouveras tes souvenirs, tu n’as pas  » perdu  » tes souvenirs, mais quelqu’un te les as  » volés  » et tu dois les retrouver pour te souvenir.  »
-  » Quel est mon vrai nom ?  »
-  » Tu le sauras le moment venu.  »
Je me réveille d’un coup et je vois la vieille dame devant moi, elle a l’air inquiète …
-  » Tu vas bien ? Tu t’es endormie …  »
Je hoche la tête, elle est soulagée.
-  » Je te laisse, je reviens dans dix minutes.  »
Je veux m’échapper de cet orphelinat ! Je saute par la fentêtre, je me fais mal a la cheville.
-  » Hey, regardez, Lina s’enfuit ! Rattrapez là !  »
Je cours de toute mes forces. Ils essayent tous de me rattraper. Je tourne dans une ruelle. Ils ne m’ont pas suivis. Je tourne la tête après avoir entendu un bruit et là je vois un homme à peu près … 17 ans. Les cheveux et les yeux noirs, habillé en noir, je me sens très mal à l’aise.
-  » T’es qui toi ?  »
J’ai envie de m’enfuir.
-  » Pfff, t’es muette ou quoi ?  »
Oui.
-  » Tu viens de l’orphelinat ?  »
Je hoche la tête, que faire qu’autre ?
-  » Je comprends pourquoi tu t’es enfuie ! J’y étais quand j’étais petit, je me suis enfui à temps …  »
A temps ? A temps …
-  » Je me suis enfui avant qu’il ne m’enlève la mémoire … Toi tu n’as pas pu ?  »
Non. Non, non, non ! C’est à cause d’eux ! Ma mémoire …
-  » Je vais t’aider à la retrouver !  »
On peut  » retrouver  » une mémoire ?

CHAPITRE 2 : Le chat et la souris

-  » Hey Police ! Vous là ! Vous êtes qui ?  »
-  » Nous ? Moi c’est Adelaïde et lui c’est Hares.  » dit la fille
-  » Ouais, vous pouvez passer. On a un cambriolage sur les bras !  »
La fille et le garçon se dirigèrent vers l’allée où se cacher  » Lina  » et l’étranger. Le garçon nommé Hares courra vers l’ami de Lina.
-  » Ah ! Comment ça va mon pote ?  »
-  » Tu n’es pas mon pote !  »
-  » Woo ! C’est qui elle ?  »
-  » On sais pas !  »
-  » Alors c’est quoi ton  » faux nom  » ?  »
-  » Elle ne parle pas …  »
La fille s’avanca et dit :
-  » … Elle … Elle est trop mignonne !!  »
-  » Lina, lui c’est Hares le gars aux cheveux rouges et la fille folle c’est Adelaïde !  »
Elle ne m’as pas l’air folle du tout, elle a les cheveux verts clair et courts ( un carré ) et on ne voit qu’un seul de ses yeux, l’autre est caché avec un cache oeil. Adelaïde, c’est un beau nom ! Le garçon a les cheveux rouges et courts et porte des gants, il est habillé d’un cape rouges et de bottes noires … Hares, Adelaïde leurs nom me disent quelque choses …
-  » On se conner depuis le jardin d’enfance !  » explique Adelaïde
Pourquoi me parler à moi, je ne parle même pas, je m’en fiche d’eux, je ne les connais pas !
-  » Eux aussi on perdu leur mémoire et la recherche encore.  »
Eux aussi ? Alors … Je ne suis pas seule … Je commence à pleurer, mais de joie. Après ma perte de mémoire, je me sent rarement bien.
-  » Ohh ne pleure pas !  »
J’essuie mes larmes et leur sourit, je ne suis plus seule … D’un coup on entend un bruit, un garçon sort d’une ruelle. Il avait des cheveux court bleus et des yeux vairrons, un bleu foncé et un argenté. Il est habillé tout en noir.
-  » Oh non, pas lui !  »
-  » Laisses-nous tranquille,  » ombre noire  » !  »
Ombre … Noire ? Ce nom me fait peur. Je me mets à trembler sans savoir pourquoi.
-  » Qui a-t-il Lina ? Il … Il te fait peur, hein ?  »
-  » Oh ! Mais c’est ma chère  » Lina  » !  » s’écriat  » ombre noire  »
-  » Mais … Comment tu la connais ?  »
-  » Bien sûr que oui !  »
C’est qui lui ? Je le connais pas ! Enfin, sa tête me rappelle quelqu’un … Mais attendez, si il me connais alors, il doit connaître mon passé !
-  » Eh bien,  » Lina  » tu ne parle plus ?  » s’écria t-il
-  » Eh bien non figure-toi  » dit Adelaïde
Après un grand rire  » ombre  » se tourne vers moi et dit :
-  » Voyons, ma chère soeur, tu ne me reconnais pas ?  »
Moi, sa soeur ? Mais … C’est n’importe quoi !
-« Lina … C’est ton frêre ? »
Non … Bien-sûr que non !
Adélaïde se tourna vers lui et dit :
-« Laisse-la tranquille toi ! Tu crois que t’en a pas déjà assez fait ! »
Elle retira son cache-oeil.
Wouaw … L’oeil caché par le bandeau est de couleur rouge alors que l’autre est bleu … Mais qu’es ce qu’il lui a fait ?

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Je crois que je t’aime.. !

Journée une : La mystérieuse lettre.

-  » Hanna ! Vite on vas être en retard !  »
-  » Oui, j’arrive ! Lucia  »
Salut ! Je me présente : je m’appelle Hanna, je suis en 4° et elle c’est Lucia, ma meilleure amie. Elle est blonde aux yeux bleue, elle fait la même taille que moi, elle est très sportive contrairement à moi ! D’ailleurs en réfléchissant on est l’exact opposé : je suis brune aux yeux noirs, je suis une  » intello’  » elle pas du tout et pour finir, tout les garçons craque pour alors que moi non …
-  » Laisse tomber Lucia, de tout façon elle est toujours en retard !  »
Et lui, c’est Anthony, il se moque tout le temps de moi ! Il est très grand les cheveux noirs et les yeux verts, il a un caractère de cochon, il est très doué en sport mais comme Lucia, il compte sur moi pour tout les exo’!
Lui, moi et Lucia on est dans la même classe depuis le CP, du coup je le supporte depuis longtemps …
-  » T’es méchant Antho’ !  »
-  » Dépèche-toi on va être en retard !  »
Ahhh …. J’en peux plus de courir ! De toute façon, c’est fichu … Tout le monde est dèjà en cours.
-  » Vous êtes encore en retard vous trois !  »
-  » Désolés Monsieur !  »
On va s’assoir.
-  » Je vous présente : Kevin, le nouvel élève !  »
-  » Enchanté !  »
Ahhh, voilà qu’a cause de lui je suis encore en retard … En vrai j’arrive pas à lui en vouloir, je ne sais pas pourquoi !
-  » Donc aujourd’hui on va faire …. Bla bla bla ……  »
-  » Eh pssssst … Hanna …  »
-  » Quoi encore ?  »
Voilà qu’il me dérange en plein cours maintenant.
-  » Je comprends pas l’exercice !  »
-  » Débrouille-toi !  »
Non mais je rêve il me dérange pour ça ! Mon coeur bat à 200 à l’heure … Mais pourquoi ?
-  » Mademoiselle Hanna, un peu de calme s’il vous plaît !  »
-  » Oui, monsieur …  »
-  » C’est ta faute je te signale Antho’.  »
-  » Désolé !  »
En plus à cause de lui je me fait remarquer !
Ouff … La sonnerie enfin, ce cours à été infernal !
-  » Hanna ! J’ai pas compris l’exercice !  »
Ca y est Lucia s’y met aussi …
-  » Regarde, c’est pourtant simple :  »
-  » Ah, oui, merci !  »
-  » Alors à elle tu lui montres et pas à moi !  »
-  » Lucia montre-lui s’il te plaît !  »
-  » Ok !  »
Il exagère ! Il est si embêtant ….. Et pourtant, je sais pas ce que j’ai !
-  » On va manger ? J’ai faim !  »
-  » Tu as tout le temps faim Hanna !  »
Grrr, vous voyez ? Si embêtant …
-  » Et alors, ça fait quoi ?  »
-  » Bon, je prends un hamburger !  »
Je sais pas pourquoi, mais il m’intrigue … Mais, on se connait depuis longtemps, on est juste amis alors …
-  » Et toi Hanna ?  »
-  » Hou hou Hanna ! Tu m’écoutes !  »
-  » Ah … Euh, oui  »
-  » Encore dans la lune … Tu prends quoi ?  »
-  » Euh … Je vais prendre …  »
-  » Moi, je prends un sandwich !  »
Voilà Antho’ qui débarque !
-  » Ahh, Antho’ t’étais où ?  »
-  » Nul part.  »
-  » Si tu le dis …  »
-  » Alors, Hanna, tu prends quoi ?  »
-  » Euh … Ben … Une salade.  »
-  » Ok !  »
Il était où encore ? Enfin, ça me regarde pas !
-  » Bon appétit !  »
-  » Bon appétit.  »
 » DRING !  »
-  » Je vais chercher mes affaires !  »
Vite, ‘faut que je cours ! Je vais encore être en retard !
-  » Euhh, c’est quoi ça ?  »
Une lettre … J’ai une lettre dans mon sac … Une lettre d’amour ? Une lettre de convocation … Non je pense pas ! C’est rien, surement une blague … Oui c’est ça .. C’est une blague !  »
-  » Hanna
Rejoinds-moi à la sortie du collège, demain soir.  »
Ah bah, c’est une lettre d’amour … Une lettre d’amour ! C’est ma première lettre d’amour … Je doit réagire comment ? … Mais c’est qui ?
-  » Hanna, grouille-toi !  »
-  » Ah, Antho’, ou … Oui, j’arrive !  »
-  » Ca va ?  »
Je peux pas lui dire que j’ai reçu une lettre d’amour ! Enfin, je m’en fiche mais … J’ai pas envie.
-  » Oui, pourquoi ?  »
-  » Pour rien …  »
-  » Bon on va en cours !  »
-  » Encore en retard ! Asseyez-vous !  »
Je comprends pas, pourquoi moi … Bon, concentre-toi dèjà sur le cours !
-  » Hanna, ça va ?  »
-  » Oui, pourquoi ?  »
-  » Nan, je sais pas, t’as l’air bizarre !  »
-  » Ah bon … Pourtant tout vas bien !  »
Evidemment que ça va pas ! Je viens de recevoir une lettre d’amour ! Ca fait toujours bizarre ! Oh, quel cours ennyeux ! J’arrive pas à me concentrer !
 » DRING !  »
Ah, c’est enfin fini ! Oufff !
-  » Hanna, à demain !  »
-  » A demain Lucia, à demain Antho’  »
-  » Ouais, à demain !  »
Aller, dès que j’arrive que moi, je dors et c’est tout !
-  » Alors, Hanna, tu as passé une bonne journée ?  »
-  » Oh … Oui !  »
-  » Tu es sur ?  »
-  » … Oui !  »
Ca me gêne de lui dire que j’ai reçu une lettre d’amour !
-  » Bon, je ! « vais dormir !  »
-  » Dormir ? Sans manger, toi ?  »
-  » Ben oui, je suis trop fatiguée !  »
-  » Bon, alors, bonne nuit. Tu es sur que ça va ? Tu n’est pas malade ?  »
-  » Non, je vais bien !  »
-  » D’accord !  »
Ah, je suis fatiguée de cette journée, monter les escaliers me fatigue encore plus ! Ah, mon lit, enfin ! Aujourd’hui à été une longue journée ! Surtout à cause de cette lettre …. Il faut que je dorme, la nuit porte conseils !

Journée deux : Le nouvel élève.
-  » Coucou vous deux !  »
-  » Salut Hanna !  »
-  » Salut.  »
Ah, pour une fois je suis pas en retard !
-  » Salut Hanna.  »
-  » Euh … Salut, mais tu es qui ?  »
-  » Kevin, le nouveau, qui est dans ta classe depuis hier !  »
-  » Ah, oui désolée !  »
-  » Pas grave ! A la récré, tu pourras me montrer le collège ?  »
-  » Oui, je veux bien !  »
-  » Cool !  »
Je me souvenais pas de lui vu que Anthony arrêter pas de me parler ! Il est aussi assez grand, blond aux yeux verts, il irait bien avec Lucia … Encore un qui serais avec elle … Je ne dit pas je suis jalouse mais bon.
Ca y’est le cours est passé je vais montrer le collège au nouveau, enfin à Kevin.
-  » Donc, ici c’est la cantine, au fond du couloi rtu as les toilettes, les cours de musiques sont sur ta droite et l’SVT et la Techno se passes dans le batiment derrière ! Tu as d’autre questions ?  »
-  » Non, je crois que je sais tout …  »
-  » Tu es sûr ?  »
Je crois qu’il veut me dire quelque chose.
-  » Oui, sûr, merci quand même !  »
-  » Bon, d’accord !  »
Retours en cours ! Plus qu’un et la journée et finie !
-  » Psssst Hanna !  »
-  » Oui ?  »
Anthony … Il va pas me faire le coup de la dernière fois ! Le prof’ va croire que c’est moi qui parle !
-  » Dis … Tu … Tu t’es rapprochée du nouveau ?  »
-  » Je lui ai juste montrer le collège, c’est tout !  »
C’est quoi cette question ? Il serais … Jaloux ?
-  » T’es jalou ?  »
-  » Non, t’es folle ou quoi !  »
Mais … Il est timbré lui, crier en cours ! Aïe aïe aïe, le prof’ viens par ici !
-  » Monsieur Anthony, chez le directeur ! Il ouvrit la porte et rajouta : De plus, on n’insulte pas les autres élèves.  »
-  » Oui monsieur.  »
Il se leva en soupirant et disparut dans l’encadrure de la porte. Une fois que la cloche eu sonnée, Lucia et Hanna se rendire chez le directeur. Elles attendirent un bon moment devant la porte en bois massif sentant la peintutre fraîche et devant la salle d’attente avec ses chaises noirs respirant la joie de vivre … Et le vécu. Anthony ouvrit la porte avec une telle force qu’Hanna failli se la prendre sur le nez.
-  » Eyh ! Fais attention !  »
-  » Une heure de colle … J’ai eu une heure de colle !  »
-  » Oui ben aussi, crier en cours !  »
Elle se mit à rire en se souvenent de son comportement ; crier en cours, s’inquiéter de sa relation avec le nouveau. Une chose était sur : il était jaloux !
-  » Pourquoi tu ris comme ça !  »
-  » Tu étais jaloux !  »
-  » Mais … Mais non !  »
 » Oh que si !  »
-  » Je vais en cours moi en tout cas !  » et il s’en alla en courant
-  » Lucia, tu imagines : il est jaloux !  »
-  » Oh … Oui … Oui j’imagine …  »
-  » Ben qu’es ce qui a ?  »
-  » Non rien, laisses tomber, tu peux pas comprendre !  » elle tourna les tallons et s’en alla elle aussi.
-  » Mais …. Mais elle à quoi !  »
Me dites pas qu’elle AUSSI est jalouse ? Oh non … La galère !!!! Pfff … Ils sont trop compliqués ceux-là ! Mais … Elle est jalouse de quoi au fait ?
DDDDDDRRRRRRRrrrrrrrrrrrIIIIIIIIIiNnGGGgggg
La sonnerie la tire de ses pensées et elle décide de se rendre en cours. Heureusement, elle a sport et, en sport, elle n’es ni avec Lucia, ni avec Anthony …
Ils me tapent sur le système !
-« Ohh, salut Hanna ! »
- « Ahh, salut Kevin ! Tu vas bien ? »
-« Oui et toi ? »
- « Oui … »
-« T’es sur ? »
- « J’ai quelques problèmes mais, ça va, merci. »
- « Ok ! »
-« Tu as quelque chose à me dire ? »
-« Non, enfin .. . Oui … Je t’aime. »
- « Hein ?!!!! Enfin, je veux dire, on ce connait pas beaucoup ! Désolée, je vais en cours ! »
-« Ok … »
Wouaw !!!!! Ca plus la lettre ! C’est énorme !
Anthony passe devant elle et l’ignore.
Quoi … Quoi ! Il m’a ignoré ! Tiens … Il se dirige vers Kévin !
Elle décide donc de se cacher derrière les casiers pour entendre leur discution.
———–
-« Kévin … S’il te plaît, arrête de t’approcher d’Hanna ! »
-« Et … Pourquoi ça ? »
- « Ca te regarde ? Non, je crois pas ! Alors pose pas de question ! »
- « Pfff … Dans tes rêves ! »
Et Kévin et Anthony partent chacun de leur côté.
————-
Attends … Ils se disputent pour moi ?! Je comprend plus rien… Non mais, c’est fou ça ; Kévin, que je connais à peine et Anthony, grr Anthony …, Qui est mon meilleure ami se disputent à cause de moi … Ah mon cerveau chauffe …

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

~ Créa ~

 

PROLOGUE

 

L’histoire se passe dans un monde parallèle… Le royaume de la reine fut attaqué par le royaume Ganon, des êtres vils et malfaisants qui ne vivaient que pour la guerre et la detruction. Ils avaient entendus parler du Royaume le plus puissant de leur monde, le royaume de Créa dirigé par la sage Sidja et decidèrent de l’affronter pour prouver leur puissance. Ils attaquèrent le royaume de Créa par surprise, sans leur laisser le temps de se sauver ou de répliquer. Malheureusement,le royaume ne pouvait pas répliquer car tous étaient occupés par la naissance de la fille de la Reine Sidja, Eloïse.

 

- » Rija, mon ami, prenez ma fille et partez avec elle, s’il vous plaît ! Emmenez la un endroit où elle sera en sécurité… »

 

-  » Ma reine, venez avec nous !  »

 

-  » Je ne peux pas, il faut que je protège mon royaume. C’est mon devoir. Maintenant, partez, et prenez soin d’elle.  »

 

Elle regarda sa jeune fille une dernière fois, lui déposa un baiser sur le front et s’en alla.

 

-  » La jeune princesse s’est endormie …  »

 

L’ami de la reine ouvrit un portail vers notre monde et partit, la princesse Eloïse dans ses bras…

 

CHAPITRE PREMIER 

 

-  » Je vous présente Eloïse, une nouvelle élève.  »

 

Eloïse observa les élèves de sa classe, soupira et dit d’un ton pas convaincu:

 

-  » Enchantée.  »

 

-  » Eloïse, tu peux aller t’asseoir à côté de Robin  »

 

Elle désigna un garçon aux cheveux et aux yeux noirs avoir un sweat noir. Quand il vit Eloïse, il soupire et détourna le regard.

 

- ( Il a l’air teeellement sympa . . . )

 

Elle vit qu’il avait sur le poignet un bracelet noir.

 

- ( Ca me dit quelque chose ça … )

 

-  Bon, aujourd’hui, on va élire les délégués.

 

Eloïse n’écoutait pas, elle avait la tête ailleurs … Elle pensait à sa mère. Elle n’avait qu’une vague image d’elle ; Une grande dame, gentille, aimante…. Elle se souvenait surtout de son parfum : Un parfum aux roses.

 

— Driiing —

 

Eloïse se leva et se dirigea vers la sortie. Elle vit Robin passer devant elle en la bousculant.

 

- ( Hé ! Il me tape sur les nerfs lui ! Grr .. Calmons-nous. Comme dit Rija :  » N’utilise pas tes pouvoirs sur des humains ou pour des besoins personnelles.  » Bla, bla et bla … )

 

Après avoir lancé un regard noir à Robin, elle sortit de l’établissement pour rentrer chez elle.

 

- ( Je déteste ce monde… Il est trop … Triste ! ) Rija ! Je suis arrivée !

 

Elle n’entendit aucune réponse elle alla donc dans la cuisine.

 

- Rija ! Ri- …

 

Ce qu’elle vit fut pour elle un choc : Rija, gisant sur le carrelage froid..

 

- Rija… Non … Non !

 

Elle se rua vers lui. Compressa la blessure mais s’arrêta.

 

- ( Un coup de couteau en plein coeur … Mais qui … Pourquoi ! )

 

Eloïse éclata un sanglots ; sa seule famille venait d’être assassinée par quelqu’un qu’elle ne connaissait certainement pas et qui en voulait à son protecteur ! Et là, ce qu’elle vit lui fit hérissés les poils … Elle vit un bracelet noir qui ressemblait étrangement à celui de Robin…

 

 

CHAPITRE DEUX

 

- ( Lui … Non … Non … Je vais le tuer ! )

 

Eloïse sortit de la maison en pleurs et furax.

 

- ( Où aller ? Quoi faire … Je ne sais pas .. Je ne peux pas laisser Rija là comme ça … )

 

C’est à ce moment là qu’elle vit Robin, marchant tranquillement dans la rue : Sans son bracelet noir… Elle alla vers lui.

 

- Quoi ?

 

Il la dévisagea. Elle prit une grande respiration avant de lui dire :

 

- Toi … Tu vas le payer très cher.

 

Et elle lui mit une énorme claque.

 

- Hé ! Pourquoi tu fais ça ?

 

- Ne fais pas comme si tu ne savais pas…

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Le Joyau des Dieux.

PROLOGUE :

Les Dieux et les Déesses existent vraiment, vous ne le savez pas, c’est tout. Imaginez si tout les Dieux s’unissaient, si chacun donnaient des pouvoirs … Et bien voilà ce qui est arrivé.

Chapitre 1 : A l’unisson
Il y a quelques années de ça, un morceaux de Chronos, le Père des Dieux arriva dans l’Olympe. Zeus, pour maitriser les pouvoirs maléfiques qu’il contenait, demanda à chaque Dieu de donner une part de lui, il en fit de même et les pouvoirs maîtrisèrent ce « morceaux ». Seul hic, son l’influence de tous ces pouvoirs, un enfant vit le jour, L’enfant des Dieu …

-  » Mina, ma chérie, il faut que tu ailles au collège !  »
-  » Oui maman !  »
La jeune fille fit un bisou à sa mère et se dirigea vers son nouveau collège. Elle entrait en 6°. Elle arriva devant la grille et se dit :  » Bonjour, ma nouvelle prison …  »
-  » Bon, vous allez faire … Balle aux prisonniers, ok ? Je vous laisses j’ai du … Travail.  »
Un grand blond musclé s’écria :  » Vous allez morfler !  »
Un moment d’inattention et Mina se prit un ballon dans la figure :  » Aouch !  » Le garçon la regarda avec un regard narcissique et lui lança un grand sourire au lèvre :
-  » Oups, désolé la nouvelle !  »
-  » Non, ça va, avec la force que t’as je risque pas d’avoir mal !  » répondit-elle
Il s’énerva, prit le ballon et visa Mina. Quand il le lança, Mina fit un salto arrière digne des plus grande gymnaste et l’évita.
-  » Comment t’as fait ça toi ?  »
-  » Je … J’en sais rien !  »
Elle s’en étonnait elle-même, elle qui haïssait par-dessus tout la gym ! Et tout le cour se déroula comme ça. Elle sorti, vu que le mercredi il n’y avait pas de cours l’après-midi. Elle était enfin arrivée chez elle quand elle entendit un gros  » Boum « . Elle se précipita dans la cuisine, mais sa mère avait disparu …
-  » Maman ! Maman, où es-tu !  »
Son premier réflexe fut de sortir.
-  » Maman ! Maman !  »
Elle se laissa tomber sur le genoux. Elle tomba dans les pommes car quand elle se réveilla, elle ne voyait plus ni la rue, ni son chez elle mais bien la forêt, la forêt à perte de vue.
-  » Je suis où là ? Y’a quelqu’un ?  »
Un froissement dans les feuilles lui indiqua que oui.
-  » Qui es là ?  »
Un ado sorti de derrière un arbre. Il était grand, les cheveux bruns et courts, les yeux marrons et un air racaille.
-  » Pfff, je dois me coltiner ça, c’est pas juste …  »
-  » Ok, sympa, tu sais que je t’entend !  »
-  » Ouais, je sais, bon suis-moi !  »
-  » Je crois pas nom ! Ca s’appelle un enlèvement ça !  »
Il l’attrapa par le poignet et la traîna de force à un camp de vacances.
-  » Un camp de vacances, sérieux ?  »
-  » Pas n’importe lequel ! Le camp d’entrainement pour les fille et fils des Dieux !  »
-  » Bravo la blague ! Désolée mais, je suis pas assez  » ado complétement déprimée  » pour croire à ça !  »
-  » Grrr tu me tapes sur le système !  »
-  » Ah bon ? Ohhh je suis désolée … Attends, ah non en fait je suis pas du tout désolée !  »
-  » Gardes tes vannes pour toi miss-je-ne-fais-que-râler !  »
-  » Mais bien sûr monsieur-je-viens-d-enlever-quelqu’un-et-je-m’en-fiche-complétement !  »
-  » Ca fait un peu long comme surnom, tu trouves pas ?  »
-  » Désolée, « abruti » ça te vas ?  »
-  » Très marrant, mon nom est Jeremy !  »
-  » Moi c’est Mina. Et Abruti ça te vas mieux !  »
-  » Je vais t’étriper ! Suis-moi ou je vais commettre un meurtre !  »
-  » Eh ben !  »
Elle le suivis jusqu’à l’entrée du camp et se dit : « Mais il se croit dans un conte de fées ou quoi ? Il croit qu’il lui suffit de me dire : « reste ici » et que je vais gentiment lui obéir ? Et puis, ‘faut qu’il arrête d’être tout le temps énervé … Des explications sa serait bien !

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

La citée des Rêves.

 

PROLOGUE :

 

En Angleterre se trouve une ville surnommée  » La ville informatique « . C’est ici que je vis. Là-bas tout se passe comme dans les autres villes ; les gens se lèvent, prennent leurs repas tous à la même heure. Tout est contrôlé par des robots; nos professeurs eux-mêmes sont des machines indépendantes. Comme dans le monde entier : il est interdit de rêver. Rêver est un crime gravement puni, on risque d’aller en prison le reste de notre vie. Pour ne pas rêver, on doit prendre des cachets spéciaux. Je me demande ce que c’est de  » rêver « . Tout le monde dit que, si l’on rêve, on aura le pouvoir de changer notre monde actuel et de découvrir la chose que l’on veut le plus savoir …
J’ai entendu parler d’une cité légendaire :  » La cité des rêves « . Comme le dit son nom : là-bas, on a le droit de rêver. Je souhaite plus que tout m’y rendre. Je sais que le chemin sera rude pour y arriver mais je veux y aller pour découvrir le secret de ma naissance …

CHAPITRE UN : Une héroîne plus que maladroite !

J’ai 14 ans et on ne sais pas mon vrai nom ni mon vrai prénom, j’ai été abandonnée. Le prénom qu’on m’as donné, qui, je dois l’avouer, ne me plais pas, est Aria … Je compte bien savoir mon vrai prénom !

-  » Aria !  »
-  » Pfff quoi encore ?  »
-  » T’as encore seché les cours, tu vas être renvoyée !  »
-  » ‘M’en fiche totalement tu vois ! Je vais pas passer ma vie à recevoir des ordres de machines moi !  »
-  » Ecoute, je sais bien que c’est dur pour toi de ne pas connaître tes parents mais … Ce n’est pas une raison pour être aussi désagréable.  »
-  » Laisse-tomber !  »
Robin s’en alla, car c’était son nom, laissant Aria seule sur le toit du collège. Elle observa la ville en contre-bas : rien de fantastique, une ville comme les autres, sans arbres, pleine de pollution. Elle fredonna un refrain ; le seul souvenir qu’elle avait de ses parents, de sa mère en particulier.
 » Endors-toi, ne t’inquiète pas
Le monde est plus beau là-bas.
Tu trouveras le bonheur,
Alors que les autres ne trouvent que des malheurs.  »
-  » Maman, pourquoi n’es tu pas à mes côtés ?  »
Une larme coula le long de sa joue.
-  » Toujours pas décidée à revenir en cours ?  »
En entendant la voix de Robin, elle essuya vivement les larmes qui perlaient le long de ses joues.
-  » Non.  »
-  » Dommage, tu sais on s’amuserait bien !  »
Elle le dévisagea longuement ; des cheveux blonds, des yeux verts, grand, fin, intelligent. Ses parents qui sont toujours présents pour lui … Comment pouvait-il comprendre la tristesse qu’elle ressentait ?
-  » Ecoute, t’es bien gentil de dire ça mais tu ne peux pas comprendre … Toi t’as des parents, tu fais ça pour les rendre fiers, alors que moi …  »
-  » J’ai entendu dire que tu comptait te rendre à  » La cité des rêves  » ? Tu crois vraiment qu’elle existe ?  »
-  » Oui.  »
-  » Je t’accompagne.  »
-  » Hein ? Non, surement pas ! Tu n’as rien a y gagner !  »
-  » J’ai été adopté …  »
-  » Quoi ? C’est vrai ?!  »
-  » Ben oui !  »
Aria ne c’était jamais imaginait que LUI avait été adopté … Il souriait tout le temps ! Elle comprit soudain qu’elle l’avait surement vexé.
-  » Excuse-moi ! Je … Je ne savais pas !  »
-  » Ne t’inquiètes pas.  »
Avec un sourir en coin, il ajouta :
-  » ‘Vaut mieux que je vienne avec toi sinon, tu vas faire n’importe quoi !  »
-  » Pfff, j’ai pas besoin d’une nounou !  »
-  » Tu pars quand ?  » ajouta t-il en ignorant sa remarque.
-  » Oh oh calmos ! Un voyage ne se prépare pas en une nuit !  »
-  » Quand ?  »
-  » Dans une semaine.  »
 » Ok.  »
Puis, il s’en alla. A la nuit tombée, Aria fut prise d’un fou rire ; elle repensa au sérieux de Robin … Il ne pensait quand même pas qu’il allait partir avec elle ? Elle se leva, sauta de toits en toits et arriva chez elle ; une petite cabane en bois toute usée. Elle prit des vêtements, des provisions et son petit couteau suisse et se dirigea vers les limites de la ville. A miniuit tout était déjà éteinds depuis quatres bonnes heures. Elle passerait les frontières sans difficulté ! Qui pourrait se méfier d’un jeune fille habillée avec une robe marron, des cheveux noirs, courts et très bouclés ; enfin, des anglaises plutôt, des yeux marrons foncés ? Elle ressemblait plus à une fille abandonnée qu’à une grande criminelle ! Elle grimpa la muraille et contempla un moment la ville qu’elle laissait derrière elle et descendit. De l’autre côté se trouvait une forêt immense … Des arbres à perte de vue. D’un coup, une alarme retentit, on l’avait reperée ! Elle se mit à courir de outes ses forces. Une fois dans la forêt, il ne la suivrais pas : les machines étaient reliée à une centrale et les fils n’étaient pas assez longs pour qu’elles puissent sortir de la ville. Une fois les arbres bien en vue, elle se mit à ralentir. Si les gens ne sortaient, c’était parce qu’ils étaient trop peureux … Elle entra dans la forêt et décida de s’éloigner encore plus de la ville et de continuer à marcher. Un bruissement dans les feuilles la fit sursauter. Elle sortit son couteau suisse, prête à attaquer. Une petite boule de poils blanche sortit des broussailles, quel soulagement : ce n’était qu’un lapin. Elle se retourna et ce qu’elle vit ne lui fit pas du tout plaisir …
-  » Alors, tu pensais partir sans moi ?  »
-  » Robin … Mais comment ?  »
-  » Je t’ai suivi.  »
-  » Bon soit tu me suis soit je te laisse, ok ?  »
-  » Je te suis.  »
Il prit son sac et se mit à suivre Aria qui partait déjà.
-  » Où on va ?  »
-  » Robin ! Je te l’ai déjà dit voyons ! On va …
- A  » la cité des rêves « , je sais, je veux dire : à l’ouest, au nord, à l’est ou au sud ?  »
Elle s’assit, fouilla dans son sac, et, quand elle releva la tête, elle est blanche comme un cachet d’aspirine.
-  » Euhhh … J’ai pas pris de carte …  »

CHAPITRE 2 :

-  » De quoi ? T’as pas pris de carte ? Non mais tu te moques de moi !  »
-  » Bah, euh non ! Et puis d’abord, t’avais qu’à y penser !  »
-  » Grrr, tu dis ça alors que tu voulais partir sans moi !  »
Elle se leva et lui dit :
-  » Bon, sa sers à rien de se crier dessus !  »
-  » Mouais …  »
-  » Raleur ! Au lieu de me regarder,rends toi utiles : cherches la bonne direction !  »
-  » Moi, le raleur ? Non mais t’exagère !  »
Après un long silence, une petite fois leur parvint de derrière les buissons.
-  » Excusez-moi, vous pouvez arrêter de vous disputer s’il vous plaît ? Y’en à qui essaye de dormir !  »
Aria regarda dans la direction et cria :
 » De 1 : on se dispute pas et de 2 : Pas la peine d’être aussi désa …  »
Elle s’était interrompu ; se n’était pas un humain qui parlait, mais un chat noir. Elle dit alors :
-  » Oh ! C’est quoi ce sénario là ! Un chat qui parle ?  »
-  » Aria c’est mal polie ce que tu dis !  » chuchota Robin
Le chat noir se changea en un garçon ; il avait les cheveux noirs en batailles, des yeux noirs, il était grand et mince. Il avait aussi des oreilles et une queue de chat ( noirs ). Il était habillé normalement ; des vêtements de ville. Il s’avança vers eux et dit :
-  » Mon nom est Ernes.  »
-  » Enchantée, moi c’est Robin et elle … Elle c’est Aria ; elle à l’air méchante mais, quand on la connait, elle est plus sympa.  »
-  » Parle pour toi … Au fait Felix, tu fais quoi ici ?  »
-  » C’est Ernes pas Felix. Et j’habite dans cette forêt !  »
-  » Hein ? Des gens habite dans la forêt ?  »
-  » Oui, enfin : moi et un ami !  »
-  » On pourra le rencontrer ?  »
-  » ‘Vaut mieux pas, vous allez pas l’aimer ; il ne pense qu’a lui. Il est assez dangereux en fait..  »
-  » … T’as surement raison. ‘Vaut mieux pas traîner ici.  » dit Robin
-  » Euh … Elle est où ton amie ?  »
-  » Oh non … Elle est partie … Mais quelle bécasse !  »

A SUIVRE..

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

La guerre des Royaumes.

Encore une fois, elle se réveillait en pleine nuit, à minuit exactement. Elle était épuisée après cette dure journée, sa petit soeur, Violette, était malade, et sa mère avait travaillé toute la journée. Elle avait passé tout son temps libre à veiller sur Violette. Elle avait pris un grand soin à brosser les cheveux chatain de celle-ci, avec toute ces boucles, elle y avait passé quasiment une heure ! Ensuite, elle était partie quelques heures, trop pour sa soeur, dans la forêt pour se ressourcer un peu.. Elle adorait la forêt ; calme, somptueuse, les arbres étaient immenses, elle aimait beaucoup s’assoir au dessous un chêne et observer les écureuils grignoter les noisettes qui tombaient au sol. Etrangement, son amour pour la forêt n’empêchait pas sa phobie des araignées et des insectes en général.

Elle se tournait et se retourner dans son lit quand elle entendit une toute petite voix qui venait du lit voisin.

- Iris..T-Tu dors ?

- Non, désolée, je t’ai réveillée Violette ?

- Oh non.. Je n’arrive pas à dormir, murmura t-elle.

Iris se leva, s’approcha de sa chère soeur et posa sa main sur son front.

- Tu es brûlante, je vais chercher de l’eau.

Elle parti au puit du village, un torchon à la main. Elles étaient trop pauvre pour pouvoir se payer des médicaments. Généralement, les soins sont réservés au riches bourgeois, ou à la famille royale.

- Comment vas Violette ?

Elle sursauta en entendant la voix grave et eraillée qui provenait de derrière elle, elle se retourna rapidemment et fixa le jeune homme au yeux noisette et cheveux blond, pas un blond habituelle, non, un beau blond, couleur blé.. Elle soupira fortement.

- Len…

- Ravi de te voir aussi.. Alors, comment va t-elle ?

- Toujours de la fièvre, souffla t-elle.

- C’est.. Bête.

- Bête !? Elle est ma-la-de ! Ca peut être grave, Len ! Très grave.. Ce n’est pas bête ! cria t-elle.

Elle s’emportait vite, elle le savait mais elle tenait tellement à sa soeur qu’elle ne supportait pas la moindre critique à son égard. En voyant qu’elle s’énervait, le jeune homme mis ses mains devant lui en les secouant.

- Hé.. Désolée !

Elle claqua sa langue contre son palet, se retourna, ignorant les excuses de Len qui la regardait. Elle prit de l’eau dans un petit seau, trempa le torchon dans l’eau fraîche et se rendit vers la petit bicoque que sa mère, Violette et elle habitait maintenant depuis la mort de son père, un guerrier, mort dans un violante guerre qui avait éclaté il y a quelques années de cela, entre le royaume de Gaya et celui de Sitta, son royaume. Depuis, elle haît au plus point la famille royale, effectivement, à la mort de leur père, ils avaient laissé leur famille à l’abandon.. Elle ne se souvenait pas de son père, elle savait juste son nom que sa mère lui avait dit, une fois : Charly, ce n’était vraiment pas un prénom courant. Il était le plus bel homme du Royaume de Sitta selon sa mère. C’est d’ailleurs de lui qu’Iris avait hérité de ses cheveux rouges. En fait, son père était roux, d’après ce que lui racontait sa mère dans des récits passionnés, et sa mère, elle, avait les cheveux bruns. Iris tenait donc de son père, et Violette, tenait de sa mère.

Son frêre aussi était parti, il y a un an tout juste.. Ah.. Jin,lui,ne tenait d’aucun des deux. Bizarre ? Pas tant que ça, il avait était  » trouvé  » devant leur porte. Il avait les cheveux noirs, les yeux marrons foncés, et un caractère qui s’accordait tout à fait avec son physique : Noir. Il était insupportable : froid, insolent, narcissique, moqueur. Elle était heureuse de le voir partir  à la guerre mais, se sentait mal vis à vis de sa mère qui elle, l’aimait comme son fils. Laska avait passé des jours entiers à pleurer.

- Bon, je te laisse, déclara soudainement Jin, qui l’avait suivie jusqu’ici.

Iris le fixait avec ses yeux noirs, si profond que personne n’ausait la regarder dans les yeux, de peur de se faire aspirer par les ténèbres.

- Hé bien, part ! sa voix claire résonnait dans la ville endormie.

Il tourna les talons et parti, sans rien dire de plus.

 

A suivre.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Éditez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par e-mail à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »


Blog du niveau intermédiaire |
Arrière Toute ! |
Francaisdictionnairesimple |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Souffle
| Plumenouvelle
| Une vie de famille sous Lou...